Bannière publication affaires sociales

Revenu de base : une mise au point

Notes d'analyse
Juin 2016
Version PDF

Référendum en Suisse, expérimentations en Finlande, aux Pays-Bas, en Allemagne, élite politique se disant « intéressée », médias curieux, défenseurs enthousiastes et critiques virulentes, l’idée d’un revenu de base, si elle ne fait pas consensus, fait de plus en plus parler d’elle. PLS vous livre une mise au point.

L’idée est de verser à chaque individu, de sa naissance à sa mort, un revenu de base, cumulable avec d’autres revenus. Derrière cette simple définition se révèlent mille nuances. La présente note d’analyse « décortique » les différentes idéologies qui sous-tendaient l’idée, ainsi que ses nombreuses implications. Il n’existe pas un revenu de base mais bien des revenus de base, pensés pour répondre à diverses problématiques plus ou moins proches.

Schématiquement, nous montrons ici qu’il y a ceux qui défendent un revenu de base afin d’améliorer nos systèmes de sécurité sociale, mais insuffisant pour vivre ; et d’autres qui voient dans un revenu de base suffisant pour vivre une clé pour changer de paradigme économique et social.

Dans un deuxième temps, cette note s’intéresse aux différentes initiatives et projets que portent les pays de l’Union européenne pour expérimenter l’idée. La mise au point est faite à travers un panorama de son actualité politique.

Finalement, PLS montre la possibilité de construire une Europe sociale autour d’un euro-dividende. Cette dernière partie est l’occasion de soulever succinctement la question de la création monétaire.

Que l’on soit pour,  contre ou sceptique, le revenu de base tend à devenir un sujet incontournable dans les débats politiques. Synthèse théorique et tour d’horizon des initiatives concrètes, cette note d’analyse vous propose un éclairage à la page !

Contact: 

Denis Stokkink

Fichier attaché: 

Découvrez Télex, la newsletter PLS !

Chaque mois, recevez l’actualité de PLS et des Observatoires européens dans votre boîte mail (projets, événements, publications…)

Je m'inscris Non merci